Antoine Laurain & Le Sonneur « Et mon cœur se serra »

Quatrième de couverture

« Et mon coeur se serra » est un conte étrange en cent dix-neuf dessins de l’artiste connu sous le nom  » Le Sonneur  » et vingt-huit textes d’Antoine Laurain. Entre art et littérature, entre roman dessiné et poésie typographique. De cette aimée enfuie et perdue, nous ne connaîtrons jamais le nom, mais elle hante le livre. L’amour, la rupture, la solitude, l’espoir. Comment transmettre les sentiments en trois couleurs : rouge, noir, blanc? Comment les faire passer avec juste vingt-six lettres dans l’alphabet? Beaucoup l’ont tenté avant eux : Breton, Mallarmé, Gainsbourg pour ne citer qu’eux.

Laurain et Le Sonneur relèvent le défi. Au mieux, c’est un excellent livre. Dans le pire des cas, ils ont fait un chef-d’oeuvre.

Mon avis

Il lui écrit une belle lettre… Au dernier moment, il invente une adresse, une rue imaginaire… et la poste dans la boîte jaune. Elle l’a quitté, elle a rencontré quelqu’un… C’est fini…

Il va changer de montre… pour changer le temps…

Les textes et les dessins s’alternent pour illustrer l’histoire d’un amour perdu… L’histoire d’une perte, le manque, la vie sans elle, les souvenirs, les amoureux fous de femmes entraperçues… et le temps…

Un petit bijou de poésie. Beauté du texte écrit , et splendeur des illustrations! Le rouge, le blanc, le noir…

Extraits

▪️Aujourd’hui je t’ai posté une lettre, une très belle lettre de trois pages manuscrites et rédigée avec un stylo Cross à plume moyenne et encre noire… (incipit)

▪️ Je ne peux plus t’apporter de fleurs. J’envoie des fleurs à une femme morte en 1889 et je suis seul à penser à elle en ce jour.

▪️Le manque, la perte, la douleur, l’injustice, tout disparaîtrait pour laisser place à une question incongrue. Je trouve cette idée horrifiante. Je la refuse. Il n’en sera rien. Je ne peux admettre que le temps aplanisse tout, que la pluie rince les sentiments, que le vent change la forme des rochers. Dans dix ans, dans mille ans, je n’aurai pas changé d’avis. Je saurai très bien ce que je te trouvais.

Flammarion, 2021, 150 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s