ALEX RIVA « VOUS ALLEZ DIRE QUE ÇA NE ME REGARDE PAS »

Quatrième de couverture

Depuis le décès de Jeanne, son épouse, Pierre a fait du «Café Saint-Honoré» sa deuxième maison. Non content d’y observer les clients, ce psychiatre à la retraite aime prendre la liberté de leur apporter son assistance affective, comme il la qualifie, après les avoir abordés avec son habituel « vous allez dire que ça ne me regarde pas… ». Être à l’écoute, prodiguer des conseils, mettre des mots sur les maux, tel est son credo pour aider ceux qui retiennent son attention.Mais l’arrivée chez lui de sa petite-fille Léa, la rencontre avec Anna, une fausse inconnue, et la relation compliquée qu’il entretient avec Antoine, son fils cadet, vont mettre à mal son nouvel équilibre de vie.À force de se mêler de ce qui ne le regarde pas et de vouloir tout comprendre, Pierre va apprendre à ses dépens que la vie rattrape parfois ceux qui pensent bien la connaître… La découverte d’un carnet sera-t-elle la clé qui lui permettra de pousser les portes de sa propre histoire?

L’auteur

Alex Riva travaille à son compte dans le domaine de la communication. Elle aime analyser avec humour et lucidité les rapports entre les êtres humains. Après le succès de la trilogie « Les femmes formidables », ce quatrième roman amène le lecteur à se poser des questions essentielles pour éclairer sa propre vie.

Mon avis

Pierre, un psychiatre à la retraite fréquente le « Café Saint-Honoré ». Il est veuf et prodigue des conseils aux clients du café en commençant par cette petite phrase: « Je sais bien que ça ne me regarde pas ». « Une assistance affective » faite de bienveillance, d’écoute et de mots… En douceur, il aime aider ses semblables, que ce soit dans ce café parisien ou dans une association d’alphabétisation où il est bénévole.

Alors que sa petite-fille s’installe chez lui et mouvemente son quotidien, une découverte bouleversera sa vie et redessinera sa propre histoire. Des carnets…

Une histoire touchante, des personnages très attachants; dans leurs fragilités et leurs questionnements. Et des relations humaines faites de sentiments, d’émotions et de secrets.

Il y quelque chose de chaleureux et de bienveillant dans ce roman: un coup de coeur!

Extraits

▪️ »Pardonne-moi »

Pierre n’arrivait pas à détacher ses yeux de ces deux mots. Ces deux mots posés au bas de la lettre qu’il tenait entre ses mains. Désemparé et impuissant, il assistait à une réécriture de sa vie.

▪️On cherche tous à un moment ou un autre a réparer nos blessures du passé.

▪️Qui sait ce qui l’attendait? Mais vous allez me dire que ça ne nous regarde pas…

Note: 5/5

alexriva.fr, 2019, 312 p.

Un jour, une citation: Honoré de Balzac

Souvent, me dit-il, en parlant de ses lectures, j’ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot dans les abîmes du passé, comme l’insecte qui flotte au gré d’un fleuve sur quelque brin d’herbe. Parti de la Grèce, j’arrivais à Rome et traversais l’étendue des âges modernes. Quel beau livre ne composerait–on pas en racontant la vie et les aventures d’un mot? Sans doute il a reçu diverses impressions des événements auxquels il a servi; selon les lieux, il a réveillé des idées différentes; mais n’ est–il pas plus grand encore à considérer sous le triple aspect de l’âme, du corps et du mouvement? à le regarder, abstraction faite de ses fonctions, de ses effets et de ses actes, n’y a–t–il pas de quoi tomber dans un océan de réflexions? La plupart des mots ne sont–ils pas teints de l’idée qu’ils représentent extérieurement? à quel génie sont–ils dus! S’il faut une grande intelligence pour créer un mot, quel âge a donc la parole humaine? L’assemblage des lettres, leurs formes, la figure qu’elles donnent à un mot, dessinent exactement, suivant le caractère de chaque peuple, des êtres inconnus dont le souvenir est en nous. Honoré de Balzac « Louis Lambert »

(Photo: Camden, Londres)

Un jour, une citation: Amanda Sthers

Il est pour moi un signe de grande richesse et de joie d’avoir une bibliothèque qui déborde, des bouquins sur le sol en piles. Comme des Lego, comme des marches qui montent à ce qui nous a bâtis. Les histoires qu’on achète sans les lire comptent aussi dans nos vies. Pourquoi certaines fois gardons-nous dans la poche le chocolat qui nous est offert avec le café en attendant de le déguster alors qu’il arrive que nous nous jetions avidement sur une boîte de friandises? Je parcours souvent les couvertures usées qui tapissent mes murs. J’écris mes émotions à la fin des romans, ou en bas de page, il arrive même que je dessine, et en retrouvant des gribouillis, c’est aussi une part de moi qui me revient et me fait sourire. Je regarde les romans pas encore ouverts, ils me font attendre. Il faut se sentir prêt, on ne va pas n’importe quand chez la princesse de Clèves ou s’enfoncer dans le désert des Tartares … Amanda Sthers «  Les promesses » Grasset

(Photo: Bancarella, Turin)

JOSIE SILVER «  UN JOUR EN DÉCEMBRE »

Quatrième de couverture

Laurie est presque sûre que le coup de foudre n’existe que dans les films. Mais un jour de neige en décembre, à travers la vitre embuée d’un bus londonien, elle aperçoit un homme. Leurs regards se croisent… et le bus redémarre. Certaine qu’ils sont voués à se retrouver, Laurie passe une année à scruter les coins de rue, les arrêts de bus et les cafés. Sans succès.

Jusqu’à ce soir de Noël où sa meilleure amie et colocataire lui présente le nouvel homme de sa vie, celui qui l’a convaincue d’abandonner les histoires d’amour éphémères… Jack, l’homme du bus. Dix ans de chassé-croisé, de déchirures, de retrouvailles et d’occasions manquées commencent alors pour Laurie et Jack.

Traduit dans trente langues, un roman poignant et lucide sur l’amitié et l’amour, les choix que l’on fait et les rêves que l’on a, qui a fait vibrer près d’un million de lecteurs à Noël dernier.

LE COUP DE COEUR DE REESE WITHERSPOON !

« Préparez-vous à être emportés dans le tourbillon d’une incroyable histoire d’amour. J’ai été complètement charmée.»

L’auteur

Josie Silver est une romantique assumée qui a rencontré son mari en lui marchant sur le pied à l’âge de 21 ans. Elle vit avec lui, ses deux jeunes enfants et leur chat dans une petite ville des Midlands. Son premier roman, Un jour en décembre, a été l’événement éditorial de l’hiver 2018 : sélectionné par l’actrice Reese Witherspoon pour son Book Club, il s’est hissé dès la première semaine de vente en tête de tous les palmarès.

Mon avis

Comme dans une comédie romantique, leurs regards se croisent, un jour de décembre, à l’arrêt de bus. Elle l’aperçoit à travers la vitre embuée, lui le nez plongé dans son bouquin, lève les yeux, et le temps d’un instant, et les yeux dans les yeux, un éclair… , puis il est trop tard. Commence alors une recherche désespérée partout dans la ville… Un jour pourtant…Un chassé-croisé croisé amoureux et amical. Faut-il se contenter d’une histoire d’amour, presque parfaite, ou préférer viser la perfection? Une histoire d’amour doit-elle être parfaite dès le départ ou peut-on la construire au fil du temps? L’amour est-ce la bonne personne, au bon moment? Et quand l’amour arrive au mauvais moment peut-on décider de le transformer en amitié? Un livre sur l’amour, sur l’amitié, sur les choix aussi. Une comédie romantique sous forme de triangle amoureux dont les équilibres varient continuellement. Une histoire qui vous emporte et qu’il serait doux de lire sous un plaid au coin du feu. Personnellement, j’ai adoré suivre ces personnages qui vont mettre du temps à réaliser leur rêve.

Extraits

⭐️ Un degré de plus dans l’intimité, comme un point de plus sur le patchwork de notre relation… Notre plaid est en patchwork fait main, un délicat assemblage du tulle de nos conversations entrecoupées, de nos regards volés , avec le fil de nos espoirs, pour obtenir cette couverture légère, magnifique, aérienne, qui nous garde au chaud et nous protéger comme un bouclier d’acier…

⭐️ Certains événements deviennent des moments charnières dans nos vies? Et je ne parle pas seulement des étapes qu’on veut franchir….

⭐️ Je ne sais pas comment être avec lui sans être avec lui, tu vois ce que je veux dire?

⭐️Notre amour était comme une chrysalide. On a mûri ensemble, jusqu’à ne plus pouvoir croître.

Note: 5/5 💙💙

Éditions Charleston, 8 octobre 2019, 480 p.