LIVIA MEINZOLT « LE BRUIT DES PAGES »

Quatrième de couverture

2016, Paris

Éva hérite d’une librairie dans le quartier de la Butte aux Cailles. Les exigences du vieux propriétaire avec lequel elle s’était liée d’amitié ? Que la librairie ne soit jamais vendue et qu’Éva y conserve un tableau représentant une jeune femme, penchée sur un carnet, aux pieds d’un acacia majestueux. Bientôt, elle se prend à imaginer la vie de la femme du tableau, Apollinariya Ivanovna Lubiova, une jeune aristocrate russe, vibrante de rêves et d’idéaux au coeur de l’été 1916.

Mais tandis que les mois passent, fiction et réalité semblent se confondre… Et si la librairie renfermait des mystères insoupçonnés ? Le voyage d’Éva à Saint-Pétersbourg pourrait-il l’aider à comprendre le lien étrange qui l’unit à Apollinariya ?

« COUP DE COEUR! LA QUALITÉ LITTÉRAIRE DE CE ROMAN EST ABSOLUMENT REMARQUABLE. LE CHARME A COMPLÈTEMENT AGI SUR MOI. » Clarisse Sabard, auteure du best-seller « Les Lettres de Rose »

L’auteur

Livia Meinzolt a 27 ans. Très jeune, elle a su qu’elle voulait écrire, mais elle a consacré les premières années de sa vie d’adulte à explorer sa seconde passion : les voyages. Ces cinq années passées sur les routes du monde, et notamment en Russie où elle est tombée amoureuse de Saint-Pétersbourg, ont nourri son imagination. Le Bruit des pages, son premier roman, a séduit le jury du Prix du Livre Romantique. Elle est originaire du sud des Cévennes. 

Mon avis

Eva hérite de la librairie d’Ernest. Trois conditions sont liées à ce don: qu’elle ne soit jamais vendue, qu’un tableau (représentant une jeune fille écrivant sous un acacia) demeure dans la librairie et qu’un livre de Nikolaï Tchernichevsky soit exposé dans la vitrine. La librairie à l’origine appartenait à un russe qui s’est suicidé.

Eva, depuis toujours, désire écrire, elle entreprend l’écriture d’un journal intime apocryphe, dans un carnet de style ancien, relié de cuir et incrusté de fines dorures. Le journal intime d’une jeune fille russe du début du 20ème siècle. La jeune fille du tableau exposé dans la librairie. Une jeune fille qui aspire à vivre le tremblement incertain du bonheur. La révolution est aux portes, un amour immense bouscule sa vie.

L’histoire d’Eva et d’Apollinariya: deux histoires intimement liées, deux triangles amoureux, un passé frémissant … un présent surnaturel … s’aimer dans l’éternité… « lovés entre le bruit des pages »

Dans un de ses livres Tatiana de Rosnay écrit : «Parfois, la lecture d’un livre m’entraîne vers un autre? »(« Rose »). Et c’est exactement ce qui se passe avec ce livre, baigné de littérature. Il donne envie de lire ou relire les romans russes. Il donne envie de lire de la poésie. Et un livre qui entraîne d’autres lectures, c’est tout ce que j’aime de la littérature. Une histoire entraînante, douce, poétique et littéraire. Une écriture efficace et juste. Un coup de cœur, un livre que l’on savoure tant pour l’histoire que pour l’amour de la littérature.

Extraits

▪️ Être entourée de livres… c’est la vision que je me suis toujours faite du paradis!

▪️ma voix s’est échappée sur la page. Elle a enroulé les mots mystérieux, nés à l’ombre de l’été… J’ai tant hâte d’aimer! De vivre le tremblement incertain du bonheur.

▪️ce livre n’était pas de ceux que l’on dévore, mais de ceux que l’on savoure plusieurs fois.

▪️Un sourire qui renverse toutes les certitudes, et chaque incertitude.

▪️Mais accepter la réalité signifiait accepter la vie. Pas le rêve, pas le « et si » et le « peut-être »

Note: 5/5 💙💙

Prix: Prix du livre romantique 2019

Éditions Charleston,2019, 400p.