LUCINDA RILEY « LES SEPT SŒURS » Tome 5 « LA SŒUR DE LA LUNE »

Quatrième de couverture

2007, Écosse

À la mort de son père adoptif, Tiggy d’Aplièse se réfugie dans les Highlands écossais où elle se consacre à sa passion : s’occuper des animaux du domaine de Kinnaird, dirigé par l’énigmatique Charlie. Là, au coeur de la nature, elle retrouve une sorte de paix intérieure. Mais sur le domaine vit aussi Chilly, un vieux gitan, porteur d’un troublant message : Tiggy est l’héritière d’une célèbre lignée de voyants andalous, et il était écrit qu’il serait celui qui la ramènerait chez elle… à Grenade.

1936, Espagne

Lucía Amaya Albaycín, mieux connue sous le nom de scène de La Candela, s’apprête à fuir le pays ravagé par la guerre civile. Un exil qui conduira la plus grande danseuse de flamenco de sa génération bien loin de sa Grenade natale et de la communauté gitane où elle a grandi. De l’Amérique latine à New York, elle poursuivra son destin… au risque de perdre l’homme qu’elle aime.

Séparées par les années et les continents, ces deux femmes sont pourtant unies par un lien indéfectible… et la volonté farouche de découvrir qui elles sont.

« Une aventure incroyable débordant de cruauté, de tragédie, de passion et surtout, du rythme et de l’esprit de la communauté gitane espagnole. » Lancashire Evening Post

L’auteur

Lucinda Riley est née en Irlande. Après une carrière d’actrice ( cinéma, théâtre et télévision), elle écrit son premier livre à l’âge de 24 ans. Ses livres ont été traduits dans plus de 30 langues, et se sont  vendus à 13 millions d’exemplaires dans le monde. Lucinda Riley écrit actuellement la série des Sept Sœurs, qui raconte l’histoire de sœurs adoptées, et qui se base sur le mythe de la célèbre constellation des Pléiades. Les droits pour une série télévisée de plusieurs saisons ont été négociés avec une agence de production de Hollywood. 

Mon avis

À sa disparition, Par Salt, leur père adoptif, a laissé à chacune des six sœurs, une citation et les coordonnées géographiques de l’endroit où il les a recueillies,

À Tiggy, la cinquième soeur, la plus spirituelle, il a laissé cette citation: «  Garde tes pieds sur le doux tapis de la terre, mais élève ton esprit vers les fenêtres de l’univers » ainsi que les coordonnées géographiques qui correspondent au quartier de Sacromonte, à Grenade en Espagne.

Ne suivant que son instinct, Tiggy ou Taygète quitte la Suisse et accepte bientôt de s’occuper d’un domaine en Ecosse, dans les Highlands. Elle s’y consacre aux animaux autochtones, en particulier aux chats sauvages, et se prend d’affect pour les gens qui l’entoure. Un homme étrange, un gitan, qui vit là, lui raconte une partie de « son histoire » et la guide dans son voyage à la découverte de ses racines gitanes. Un voyage initiatique, une porte bleue, qui lui dévoilera ses origines et son « don». Une grand-mère , danseuse de flamenco, qui de l’Espagne aux Etats-Unis, en passant par le Portugal et l’Argentine a consacré sa vie à sa passion: la danse.

Un roman dense, et extrêmement bien construit. Des personnages attachants et complexes. Une intrigue passionnante entre passé et présent, entre deux mondes opposés.

J’aurais aimé avoir lu les livres précédents pour avoir une vue d’ensemble de toute l’histoire. La lecture de cet épisode, m’a donné envie de lire les autres titres. Un très très bon moment de lecture, des pages qui se tournent avec bonheur.

Extraits

▪️Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde. Mahatma Gandhi (épigraphe)

▪️Garde tes pieds sur le doux tapis de la terre, mais élève ton esprit vers les fenêtres de l’univers.

▪️La vie est une question d’intuition avec un soupçon de logique.

▪️Mais bon les rêves mettent du temps à se réaliser et même lorsque c’est le cas, ils ne prennent pas toujours la forme qu’on pensait.

▪️Dans la vie, il y a toujours un équilibre, même lorsque le mal est partout, de belles choses se produisent pour apporter l’harmonie naturelle.

Note: 4,5/5

Éditions Charleston, 2019, 704 p.

Un jour, une citation: Éric Vuillard

🇫🇷 La littérature permet tout, dit-on. Je pourrais donc les faire tourner à l’infini dans l’escalier de Penrose, jamais ils ne pourraient plus descendre ni monter, ils feraient toujours en même temps l’un et l’autre. Et en réalité, c’est un peu l’effet que nous font les livres. Le temps des mots, compact ou liquide, impénétrable ou touffu, dense, étiré, granuleux, pétrifie les mouvements, méduse. Nos personnages sont dans les palais pour toujours comme dans un château ensorcelé. Les voici foudroyés dès l’entrée, lapidifiés, transis. Les portes sont en même temps ouvertes et fermées, les impostes usées, arrachées, détruites ou repeintes. La cage d’escalier brille, mais elle est vide, le lustre scintille, mais il est mort. Nous sommes à la fois partout dans le temps. Éric Vuillard « L’ordre du jour » Actes Sud

🇮🇹 Si dice che la letteratura consenta tutto. Potrei quindi farli girare all’infinito sulla scala di Penrose, non riuscirebbero più a scendere né salire, farebbero sempre entrambe le cose nello stesso tempi. E in realtà un po’ questo l’effetto che ci fanno i libri. Il tempo delle parole, compatto o liquido, impenetrabile o fitto, denso, stirato, granuloso, pietrifica i movimenti, li cristalizza. I nostri personaggi sono nel palazzo per sempre, folgorati fin dall’ingresso, reso di sasso, paralizzati. Le porte sono contemporaneamente aperte e chiuse. La tromba delle scale brilla, ma è vuota, il lampadario oscilla, ma è morto. Nello stesso istante siamo ovunque nel tempo. Éric Vuillard « L’ordine del giorno » Edizioni e/o

(Librairie Galignani, Rue de Rivoli, 224, 75001 Paris)

PATRICIA SARRIO « LES FUNAMBULES »

Quatrième de couverture

Depuis onze ans qu’elle exerce la profession d’assistante sociale à Dijon, Charlie a vu passer suffisamment de dossiers entre ses mains pour savoir qu’aucun ne se ressemble. Ainsi, lorsqu’on lui demande de faire ses valises pour partir en Bretagne à la recherche du père biologique d’un petit garçon, elle n’imagine pas une seconde que cette aventure va bouleverser sa vie. Mais, là, face à l’immensité de l’océan et à une myriade d’habitants hauts en couleurs, Charlie va elle-même retrouver goût à la vie…

« Une très belle histoire, pleine de belles descriptions. Un vrai feel-good. » Clarisse Sabard, auteure du best-seller « Les Lettres de Rose » et membre du jury du Prix du Livre Romantique.

« Très belle histoire, pleine d’émotions avec des personnages attachants et un bel univers. » Marie Vareille, auteure du best-seller « Je peux très bien me passer de toi » et membre du jury du Prix du Livre Romantique.

L’auteur

Patricia Sarrio écrit depuis toujours: bouts de romans, nouvelles, chroniques… Après « Bienvenue dans la jungle », roman policier »romantico-humoristique un peu sniper », « Les Funambules » est son deuxième roman

Mon avis

Un voyage en Bretagne qui bouleverse la vie. Charlie, assistante sociale accepte de partir en Bretagne, sur les traces du père biologique de Théotime, un de ses petits protégés dont la vie vient de basculer. Elle qui aime la photographie et dont le mariage n’est plus qu’une cohabitation, s’accorde alors une échappée belle… Ses rencontres au bord de l’océan, dans un petit village breton changeront son destin…

Un livre plein d’espoir, tout en émotion. Des personnages d’une grande humanité, et d’une grande bienveillance! Une jolie histoire! Une agréable lecture!

Extraits

▪️Et le sentiment qui l’habitait a ce moment précis était indéfinissable. Se sentait-elle libérée? Peut-être. Mais surtout indifférente. Légère . Flottante. Un peu à la dérive aussi.

▪️Quand tu aimes, il faut partir, disait Cendrars.

▪️Elle aurait été incapable de dater le moment où ils avaient doucement glissé de l’amour au desamour. Et encore. Utiliser le pluriel impliquait qu’ils auraient été parfaitement synchronisés, ce qui n’était pas le cas.

▪️Tu crois qu’on sait quelque chose avec les enfants? La première chose que tu apprends, quand tu deviens parent, c’est que tu ne maîtrises rien. Tu n’as pas fabriqué un autre toi, tu as fabriqué un autre, tout court.

Note: 4/5

Patricia Sarrio, 2018, 326p.