Un jour, une citation: François Busnel

Oh, bien sûr, les livres sont comme tous les dragueurs: il y a ceux qui ne sont que des beaux parleurs et ceux que l’on aura oubliés au matin, ceux qui ne parlent que d’eux-mêmes et ceux qui théorisent à l’envi, ceux qui exhibent une plastique avantageuse parce qu’ils n’ont rien à dire et ceux qui baratinent dès la quatrième de couverture. Et puis il y a, quelque part au beau milieu des rayonnages, ceux qui vous accompagneront toute votre vie. François Busnel « Préface de « Lettres à mon libraire » (Editions du Rouergue)

(Photo: Bouquinerie Thomas, rue Froissart, 1040 Bruxelles)

Un jour, une citation: Marcel Proust

🇫🇷 Tant que la lecture est pour nous l’initiatrice dont les clefs magiques nous ouvrent au fond de nous-mêmes la porte des demeures où nous n’aurions pas su pénétrer, son rôle dans notre vie est salutaire. Marcel Proust « Journées de lecture »

🇮🇹 Quando la lettura è per noi l’iniziatrice le cui magiche chiavi ci aprono al fondo di noi stessi quelle porte che noi non avremmo mai saputo aprire, allora la sua funzione nella nostra vita è salutare. Marcel Proust « Del piacere di leggere  »

(Photo: Bouquinistes, Paris)

Un jour, une citation: Guy de Maupassant

🇫🇷 La parole éblouit et trompe, parce qu’elle est mimée par le visage, parce qu’on la voit sortir des lèvres, et que les lèvres plaisent et que les yeux séduisent. Mais les mots noirs sur le papier blanc, c’est l’âme toute nue. Guy de Maupassant « Notre cœur »

🇮🇹 La parola abbaglia e inganna perché è mimata dal viso, perché la si vede uscire dalle labbra, e le labbra piacciono e gli occhi seducono. Ma le parole nere sulla carta bianca sono l’anima messa a nudo. Guy de Maupassant, “Il nostro cuore”

(Photo: Le reduiste, rue de la prairie, 36,6890 Redu)

Un jour, une citation: Pascal Quignard

🇫🇷 Le livre est un morceau de silence dans les mains du lecteur. Celui qui écrit se tait. Celui qui lit ne rompt pas le silence. Pascal Quignard « Petits traités »

🇮🇹 Il libro è un lembo di silenzio nelle mani del lettore. Chi scrive tace. Chi legge non rompe il silenzio » Pascal Quignard « Piccoli trattati »

(Photo: Librairie La Petite Égypte, rue des Petits Carreaux, 35, 75002 Paris)

DIANE BRASSEUR « LA PARTITION »

Quatrième de couverture

De la Grèce aux rives du lac Léman, une superbe fresque familiale.

Un matin d’hiver 1977, Bruno K, professeur de littérature admiré par ses étudiants, se promène dans les rues de Genève. Alors qu’il devise silencieusement sur les jambes d’une jolie brune qui le précède, il s’écroule, mort.

Quand ses deux frères Georgely et Alexakis apprennent la nouvelle, un espoir fou s’évanouit. Le soir même, ils auraient dû se retrouver au Victoria Hall à l’occasion d’un récital de violon d’Alexakis. Pour la première fois, la musique allait les réunir.

« La Partition » nous plonge dans l’histoire de cette fratrie éclatée en suivant les traces de leur mère, Koula, une grecque au tempérament de feu.

Elle découvre l’amour à 16 ans, quitte son pays natal pour la Suisse dans les années 20 et refera sa vie avec un homme de 30 ans son aîné. Une femme intense, solaire, possessive, déchirée entre ses pays, ses fils et ses rêves. Une épouse et une mère pour qui l’amour est synonyme d’excès.

L’auteur

Diane Brasseur est romancière et scripte pour le cinéma. Elle est l’auteure de Les Fidélités et Je ne veux pas d’une passion, publiés chez Allary Éditions et traduits dans huit pays.

Mon avis

C’est l’hiver, Bruno K. se promène dans les rues de Genève. Soudainement il s’écroule sur les pavés. Ce soir-là, son frère, Alexakis, donne un concert. Il aurait dû s’y rendre et revoir ses frères… Le destin en a décidé autrement…

L’histoire d’une fratrie mais surtout l’histoire d’une mère. Une mère complexe: ses fragilités, ses décisions, ses aspirations, sa jalousie et sa possessivité. Des relations familiales compliquées, des choix déchirants, des séparations et des lettres comme fil conducteur. Une correspondance touchante qui ponctue les chapitres. Et la musique …

Un excellent roman qui du Lac Léman à la Grèce, en passant par l’Egypte et la Belgique, vous fera passer un agréable moment. Parfait pour l’été!

Extraits

▪️C’était l’époque où le silence des adultes soufflait sur les questions des enfants.

▪️Dans la bibliothèque de son père, elle a lu des romans, et les poèmes de Sappho cachés derrière les livres d’histoire sur l’étagère la plus haute.

▪️Quand tu seras marié, me disais-tu, tu te demanderas toujours si l’autre t’aime. (Lettre)

▪️L’année est rythmée par les saisons comme la vie d’un couple.

▪️Je pense que l’on peut vivre heureux et trouver la vie belle quand la somme des mauvais jours est inférieure à celle des bons. (Lettre)

▪️… son goût de la langue française.

Avec un soin méticuleux, il choit chaque mot. Il semble parfois fouiller au fond d’un grand tiroir avant de trouver le terme adéquat.

▪️C’est simple comme une équation si on aime on est jaloux.

▪️Il y a bien des « pourquoi  » dans une vie.

Note: 5/5

Allary Éditions, 2019, 448 p.

Un jour, une citation: Gaël Faye

🇫🇷 Vous avez lu tous ces livres? j’ai demandé.

– Oui. Certains plusieurs fois, même. Ce sont les grands amours de ma vie. Ils me font rire, pleurer, douter, réfléchir. Ils me permettent de m’échapper. Ils m’ont changée, ont fait de moi une autre personne.

– Un livre peut nous changer?

Bien sûr, un livre peut te changer ! Et même changer ta vie. Comme un coup de foudre. Et on ne peut pas savoir quand la rencontre aura lieu. Il faut se méfier des livres, ce sont des génies endormis. Gaël Faye « Petit pays »

🇮🇹 Ha letto tutti quei libri?” ho chiesto.

“Sì. Alcuni anche più d’una volta. Sono i grandi amori della mia vita. Mi fanno ridere, piangere, dubitare, riflettere. Mi permettono di evadere. Mi hanno cambiata, hanno fatto di me un’altra persona.”

“Un libro ci può cambiare?”

Certo che un libro ti può cambiare! E può anche cambiare la tua vita. Come un colpo di fulmine. E non si può sapere quando avverrà l’incontro. Bisogna diffidare dei libri, sono geni addormentati. Gaël Faye « Piccolo paese »

(Photo: Librairie Nijinski, Ixelles)