Un jour, une citation: Carlos Ruiz Zafón

Chaque livre, chaque tome que vous voyez a une âme. L’âme de celui qui l’a écrite, et l’âme de ceux qui l’ont lue, l’ont vécue et en ont rêvé. Carlos Ruiz Zafón « L’ombre du vent »

Ogni libro, ogni volume che vedi possiede un’anima, l’anima di chi lo ha scritto e l’anima di coloro che lo hanno letto, di chi ha vissuto e di chi ha sognato grazie ad esso. Carlos Ruiz Zafón « L’ombra del vento »

(Photo: Librairie Tropismes, Bruxelles)

Un jour, une citation: Laure Adler

Lire, c’est disparaître.

Lire, c’est faire corps avec soi-même.

Lire, c’est éteindre le bruit des autres pour tenter d’atteindre sa propre mélodie.

Lire, c’est oublier, tout oublier, y compris ses lectures passées, toutes ces histoires qui sommeillent dans nos arrière-mémoires et qui ne demandent qu’à resurgir à l’improviste, ces pages entières qui nous tombent dessus – mais jamais, justement, quand on lit, quand on lit vraiment. Laure Adler , Stefan Bollmann « Les femmes qui lisent sont de plus en plus dangereuses » Flammarion

(Photo: Bouquinerie, Namur)

Un jour, une citation: Jaume Cabré

🇫🇷 … Je lis tous les jours et tous les jours je m’aperçois qu’il me reste tout à lire. Et de temps en temps, je dois relire même si je ne relis que ce qui est digne du privilège de la relecture.

– Et qu’est-ce qui rend digne de ce privilège ?…

– La capacité de fasciner le lecteur: de le faire s’émerveiller de l’intelligence qui se trouve dans le livre qu’il lit, ou de la beauté qu’il génère. » Jaume Cabré « Confiteor » Actes Sud

🇮🇹 … Ogni giorno leggo e ogni giorno mi rendo conto che mi manca tutto da leggere. E ogni tanto devo rileggere, anche se rileggo solo ciò che merita il privilegio della rilettura.

«E cosa fa meritare questo privilegio?»

«La capacità di affascinare il lettore; di farlo meravigliare per l’intelligenza presente nel libro che rilegge o per la bellezza che genera…. » Jaume Cabré « Io confesso » Rizzoli

(Photo: Vieille Bourse, Lille)

MARC MEGANCK « Bruxelles en cheminant sur la ligne du temps »

« Elle a mille ans la ville,

La ville âpre et profonde;

Et sans cesse, malgré l’assaut des jours

Et des peuples minant son orgueil lourd,

Elle résiste à l’usure du monde. »

Emile Verhaeren « L’âme de la ville » in « Les villes tentaculaires »

Bruxelles au fil du temps et des dates. Une ville écrite à l’encre, gravée dans la matière.

La ville se raconte du site néolithique en Forêt de Soignes (au lieu-dit Boisfort-Etangs), 4000 ans avant notre ère au grand piétonnier du centre-ville, de 2020.

Des dates de l’Histoire: la répression espagnole, la révolution belge et la prestation de serment de Léopold Ier, ….

Des dates qui ont marqué la ville mais qui resteront également gravées dans nos mémoires … 1967, 1996, 2016…; l’incendie de l’Innovation, la marche blanche, les attentats de Zaventem et de Maelbeek…

Et puis l’exil de Victor Hugo, Baudelaire, Verlaine et Rimbaud, la première exposition de Magritte, Jacques Brel, Hergé…

Un livre instructif et intelligent, une invitation à visiter Bruxelles d’une autre façon. À lire et à consulter. 💙

Quatrième de couverture

Bruxelles est une ville écrite à l’ encre, gravée dans la matière, jalonnée de dates anniversaires, de commémorations en tous genres: victoires et défaites, gloires et drames, coups de génie ou coup du sort, sensations fortes ou regrets.

L’auteur

Marc Meganck vit à Bruxelles. Il est écrivain et historien.

Autres chroniques:

Marc Meganck « Après nous les nuages »

Marc Meganck et Aurélie Russanowska «Au sud des jours ordinaires» (micro-nouvelles)

Marc Meganck « Bruxelles, en cheminant sur la ligne du temps » 180° éditions

Un jour, une citation: Louis Dubrau

C’est d’ailleurs ce qu’elle attend d’un roman: « qu’il élargisse son champ de vision ». Cité dans la préface de Louis Dubrau* « À la poursuite de Sandra » Éditions Névrosée, Collection Femmes de lettres oubliées, p.9

* Louis Dubrau, de son vrai nom, Louise Scheidt. Née à Bruxelles (1904-1997). Elle choisit d’écrire sous un pseudonyme masculin, parce qu’elle se méfie des jugements subjectifs qu’on porte aux textes écrits par une femme.

(Photo: Bouquinerie, Louvain)

Un jour, une citation: Elena Ferrante

🇫🇷 Pendant qu’il jouait avec elles je m’allongeais au soleil pour lire, me glissant comme une méduse dans les pages d’un roman. Elena Ferrante « L’Amie prodigieuse » tome 1.

🇮🇹 Mentre lui giocava con loro io mi sdraiavo al sole a leggere e mi scioglievo nelle pagine come una medusa. Elena Ferrante « L’amica geniale » volume 1.

(Photo: Vieille Bourse, Lille)