Un jour, une citation: Georges Perec

🇫🇷 Écrire: essayer méticuleusement de retenir quelque chose : arracher quelques bribes précises au vide qui se creuse, laisser, quelque part, un sillon, une trace, une marque ou quelques signes. Georges Perec « Espèces d’espaces »

🇮🇹 Scrivere: tentare meticolosamente di conservare qualcosa, di fare sopravvivere qualcosa; arraffare qualche frammento preciso al vuoto che si crea, lasciare, da qualche parte, un solco, una traccia, un marchio o qualche segno. Georges Perec « Specie di spazi »

(Photo: Bouquinerie: Louvain)

Un jour, une citation: Marcel Proust

🇫🇷 C’est ainsi que j’aurais dû écrire, disait-il; mes derniers livres sont trop secs: il aurait fallu passer plusieurs couches de couleur, rendre ma phrase en elle-même précieuse comme ce petit pan de mur jaune. Marcel Proust, « La Prisonnière »

🇮🇹 E’ così che avrei dovuto scrivere,» si diceva «i miei ultimi libri sono troppo secchi, avrei dovuto stendere più strati di colore, rendere la mia frase più preziosa come quel breve scorcio di muro giallo. Marcel Proust « La prigioniera »

(Photo: Galerie Bortier, Bruxelles)

Un jour, une citation: Tatiana de Rosnay

Alors pourquoi continuait-elle à écrire? Parce qu’elle n’avait pas le choix, parce que les mots constituaient un rempart, une protection. Elle écrivait pour faire entendre sa voix, même frêle, assourdie; elle écrivait pour laisser une trace, même si elle ignorait qui la recueillerait. Elle écrirait. Tatiana de Rosnay « Les fleurs de l’ombre » RobertLaffont/ Héloïse d’Ormesson, p.156

(Photo: Bouquinerie, Bruxelles)

Un jour, une citation: Colette

j’écris, avec une abondance, une liberté inexplicables. J’écris sur des guéridons boiteux, assise de biais sur des chaises trop hautes, j’écris, un pied chaussé et l’autre nu, mon papier logé entre la plateau du petit déjeuner et mon sac à main ouvert, parmi les brosses, le flacon d’odeurs et le tire-bouchon; j’écris devant la fenêtre qui encadre un fond de cour, ou les plus délicieux jardins, ou des montagnes vaporeuses… Je me sens chez moi, parmi ce désordre de campement, ce n’importe où et ce n’importe comment, et plus légère qu’en mes meubles hantés… Colette « La Vagabonde »

(Photo: Vieille Bourse, Lille)

Un jour, une citation: Éric Genetet

On écrit à un moment de sa vie et le texte ressemble à ce que l’on est, à ce que l’on a compris ou pas de son propre parcours. C’est le même mécanisme pour le lecteur, il reçoit le livre comme un miroir, parfois il a envie de se fondre dedans ». Eric Genetet « Et n’attendre personne » Éditions Héloïse d’Ormesson, p.141

(Photo : Bouquinerie Thomas, Bruxelles)