Un jour, une citation : Stendhal

Je me félicite toujours plus du hasard qui nous a portés à aimer la lecture; car quoique tu n’en dises, je suppose que tu lis toujours beaucoup.
C’est un magasin de bonheur toujours sûr et que les hommes ne peuvent nous ravir. Stendhal  » Lettres à Pauline » (lettre du 4 juin 1810), Seuil – L’école des lettres », p.484

(Photo: Galerie Bortier, 1000 Bruxelles)

Un jour, une citation: Italo Calvino

🇫🇷 La vie d’une personne consiste en un ensemble d’événements dont le dernier pourrait encore changer le sens de tout l’ensemble, non parce qu’il compterait plus que les précédents, mais parce qu’une fois inclus dans une vie les événements se disposent en un ordre qui n’est pas chronologique mais répond à une architecture intérieure. Quelqu’un par exemple, qui lit à l’âge mûr un livre important pour lui, au point de dire: «Comment pouvais-je vivre sans l’avoir lu!» et encore: «Quel dommage que je ne l’aie pas lu quand j’étais jeune!» eh bien, ces affirmations, et surtout la seconde, n’ont pas beaucoup de sens, puisque, du moment où il a lu ce livre, sa vie devient celle de quelqu’un qui l’a lu, et peu importe qu’il l’ait lu tôt ou tard, car même la vie qui a précédé cette lecture prend maintenant dans sa forme la marque de cette lecture. Italo Calvino « Palomar »

🇮🇹 La vita d’una persona consiste in un insieme d’avvenimenti di cui l’ultimo potrebbe anche cambiare il senso di tutto l’insieme, non perché conti di più dei precedenti ma perché inclusi in una vita gli avvenimenti si dispongono in un ordine che non è cronologico, ma risponde a un’architettura interna. Uno per esempio legge in età matura un libro importante per lui che gli fa dire: «Come potevo vivere senza averlo letto! E anche: «Che peccato che non l’ho letto da giovane!» Ebbene, queste affermazioni non hanno molto senso, soprattutto la seconda, perché dal momento che lui ha letto quel libro, la sua vita diventa la vita di uno che ha letto quel libro, e poco importa che l’abbia letto presto o tardi, perché anche la vita precedente alla lettura ora assume una forma segnata da quella lettura. Italo Calvino « Palomar »

(Photo: Librairie Nijinski, Chaussée d’Ixelles, 315, 1050 Bruxelles)

Un jour, une citation: Christian Bobin

Le visage du lecteur est plus nu que l’air et son corps est souple, délivré de l’étroitesse d’agir. Allongé, bras et jambes négligemment appuyés sur plusieurs continents, il compte les étoiles dans le blanc orageux de la page. Plus il s’approche de son rêve, plus le silence gagne sur lui. Cérémonie du simple, exercice de la patience. Lire est un chemin, parmi tant d’autres. Croître en clarté, voilà le but. Christian Bobin « L’enchantemant simple et autres textes »

(Photo: San Francisco Book Co, rue Monsieur le Prince, 17, 75006 Paris)

Un jour, une citation: Leïla Slimani

On peut parfois ressentir l’absurdité des choses, ne pas réussir à trouver un sens au passage du temps, sentir l’absence de lien entre les événements.La lecture permet alors de poser une autre lumière et de sublimer certaines émotions. On arrive à mettre des mots sur ce que l’on vit et on se retrouve moins isolé. Leïla Slimani dans le « Journal du Dimanche »- 29 juillet 2018.

(Photo: Librairie Nijinski, Chaussée d’Ixelles, 315, 1050 Bruxelles)