Un jour, une citation: Emmanuelle Favier

Elle lit et soudain une phrase l’immerge dans le vertige d’un souvenir d’enfance, tout son être coule au fond d’un puits, elle est prête à toucher à sa propre vérité, elle tend la main pour la capturer et c’est déjà la fin de la phrase, de nouveau le plein jour aveuglant. Elle la relit mais en vain, c’est fini, c’est parti, elle ne pourra plus jamais descendre dans ce puits-là, il lui faudra attendre une nouvelle et hypothétique concordance entre une disponibilité parfaite et une autre phrase capable de provoquer l’immersion. En écrivant, peut-être davantage qu’en lisant, elle provoquera, cette concordance merveilleuse. Emmanuelle Favier « Virginia » Albin Michel, p.215

(Photo: Tulibris, Ixelles)

Un jour, une citation: Émile Zola

🇫🇷 La lecture lui ouvrit des horizons romanesques qu’elle ignorait encore ; elle n’avait aimé qu’avec son sang et ses nerfs, elle se mit à aimer avec sa tête. » Émile Zola « Thérèse Raquin »

🇮🇹 La lettura le aprì orizzonti romanzeschi che ancora ignorava; finora aveva amato soltanto con il sangue e con i nervi; cominciò ad amare con la testa. Emile Zola « Thérèse Raquin »

(Photo: Librairie Tropismes, Bruxelles)

Un jour, une citation: Victor Cherbuliez

Il n’est personne en ce monde qui n’ait dû à la lecture d’un roman favori quelques heures de repos, de récréation, l’oubli momentané des labeurs et des difficultés de la vie. Sans doute je n’irai pas si loin que Diderot, et je ne hasarderai pas de dire avec lui que « le bonheur, c’est un bon fauteuil et un roman qui n’en finit pas. » Victor Cherbuliez « Le roman français »

(Photo : Bouquinerie, Namur)

Un jour, une citation : Paul Auster

🇫🇷 La lecture était ma liberté et mon réconfort, ma consolation, mon stimulant favori: lire pour le pur plaisir de lire, pour ce beau calme qui vous entoure quand vous entendez dans votre tête résonner les mots d’un auteur. Paul Auster « Brooklyn Follies »

🇮🇹 La lettura era la mia libertà e il mio confort, la mia consolazione, il mio stimolo preferito… leggere per il piacere di leggere, per questa calma e bellezza che vi circonda quando sentite risuonare nella testa le parole di un autore. Paul Auster « Le Follie di Brooklyn »

(Photo: Bouquinerie, Bruxelles)

Un jour, une citation: Georges Simenon

Il n’y a pas deux personnes qui lisent le même roman de la même façon. Les résonances de chaque mot sont différentes selon les lecteurs. Alors, mieux vaut employer le moins de mots possible et surtout le moins possible de mots abstraits. Georges Simenon

« Conversations avec Simenon »de Francis Lacassin

(Photo : Bouquinerie, Bruxelles)