Un jour, une citation: Ernesto Sabato

🇫🇷 La lecture m’a accompagné jusqu’à ce jour, en transformant ma vie grâce à ces vérités dont seul le grand art peut nous enrichir. Ernesto Sabato « Avant la fin »

🇮🇹 La lettura mi ha accompagnato fino a oggi, trasformando la mia vita grazie a quelle verità che solo l’arte possiede… Ernesto Sabato « Prima della fine »

(Photo: Librairie Tropismes, Bruxelles)

Un jour, une citation: Stendhal

Tes lectures, si elles sont choisies, t’intéresseront bientôt jusqu’à l’adoration et elles t’introduiront à la vraie philosophie. Source inépuisable de jouissances suprêmes, c’est elle qui nous donne la force de l’âme Tes lectures, si elles sont choisies, t’intéresseront bientôt jusqu’à l’adoration et elles t’introduiront à la vraie philosophie. Source inépuisable de jouissances suprêmes, c’est elle qui nous donne la force de l’âme et la capacité nécessaire pour sentir et adorer le génie. Avec elle tout s’aplanit, les difficultés disparaissent, l’âme est étendue, elle conçoit et aime davantage. Mais je te parle un langage inconnu ; je souhaiterais que tu pus le sentir. Stendhal « Lettre à Pauline » – lettre du 9 mars 1800, Seuil – L’école des lettres »

(Photo : Librairie Tulitu, Bruxelles)

Un jour, une citation: Italo Calvino

🇫🇷 Comme ta maison est le lieu où tu lis, elle peut nous dire la place que les livres occupent dans ta vie, s’il s’agit d’une défense que tu mets en avant pour tenir le monde à distance, d’un rêve dans lequel tu t’enfonces comme dans une drogue, ou si au contraire, il s’agit de ponts que tu jettes vers l’extérieur, vers le monde qui t’intéresse tant, que tu voudrais en dilater et en multiplier les dimensions à travers les livres. Italo Calvino « Si par une nuit d’hiver un voyageur » Folio, p.201

🇮🇹 La tua casa, essendo il luogo in cui tu leggi, può dirci qual è il posto che i libri hanno nella tua vita, se sono una difesa che tu metti avanti per tener lontano il mondo di fuori, un sogno in cui sprofondi come in una droga, oppure se sono dei ponti che getti verso il fuori, verso il mondo che t’interessa tanto da volerne moltiplicare e dilatare le dimensioni attraverso i libri. Italo Calvino « Se una notte d’inverno un viaggiatore »

(Photo: Librebook, Bruxelles)

Un jour, une citation: Vivian Gornick

Pour moi relire un livre que j’estimais important à une période de ma vie, c’est un peu comme s’allonger sur le divan du psychanalyste. Un récit que je connaissais par cœur des années durant est tout à coup remis en perspective avec angoisse, je me rends compte que j’ai mal interprété tel personnage ou tel détail de l’intrigue. Ils se rencontrent à New York alors que j’étais persuadée que c’était à Rome; en 1870, alors que j’aurais parié sur 1900; qu’est-ce que la mère a fait au héros, déjà? Le monde continue à disparaître dès que je me mets à lire, pourtant, je ne peux m’empêcher de me demander comment, ayant mal compris ceci, et cela, ce livre a tout de même réussi à me captiver. Vivian Gornick « Inépuisables », Éditions Rivages (Incipit) p.6

(Photo: Galerie Bortier, Bruxelles)