Un jour, une citation: Umberto Eco

🇫🇷 Celui qui lit aura vécu au moins cinq mille ans: il était là quand Cain tua Abel, quand Renzo épousa Lucia, quand Leopardi admirait l’infini. La lecture, c’est une immortalité à rebours. Umberto Eco

🇮🇹 Chi legge avrà vissuto 5000 anni: c’era quando Caino uccise Abele, quando Renzo sposò Lucia, quando Leopardi ammirava l’infinità, perché la lettura è un’immortalità all’indietro. Umberto Eco Perché i libri allungano la vita, La bustina di Minerva, in “L’Espresso”, 2 giugno 1991

(Photo: Millefeuille, Café littéraire, Bruxelles)

Un jour, une citation: Eloïse Lièvre

La lecture achevée, les pages n’ont plus besoin d’être marquées, mais, nulle inadvertance, on n’oublie pas ce qu’on laisse dans les livres. On le laisse là sciemment, pour le retrouver plus tard, ou pour qu’il soit trouvé plus tard, quand on rouvrira le livre et qu’il exhalera, sous la forme de ce vestige pauvre, un fragment du passé, ou le souvenir d’un être cher. Ces bribes modestes de réel transforment les livres en herbiers, en albums, en écrins. Boîtes à moments. Memento mori. Bouteilles à la mer. Capsules de temps. A l’échelle de la bibliothèque, chaque livre joue ce même rôle. Eloïse Lièvre « Notre dernière sauvagerie » Fayard, p.306

(Photo: Librairie Nijinski, Bruxelles)

Un jour, une citation: Eloïse Lièvre

Les livres sont des objets du monde. Concrets. Odeur des livres cette antienne, ils sentent le doux ou le duvet ou le grain exactement de leur toucher, le renfermé des séjours encartonnés, les déménagements, leur grand désordre durable, leurs égarements, les hivers caverneux, humides, les feux de bois de la maison d’enfance. Eloïse Lièvre « Notre dernière sauvagerie » Fayard, récit, p.76

(Photo: Librairie Tropismes, Bruxelles)