Un jour, une citation: Irène Némirovsky

🇫🇷 Un roman doit ressembler à une rue pleine d’inconnus où passent deux ou trois êtres,pas davantage, que l’on connaît à fond. Regarde d’autres comme Proust, ils ont su utiliser les comparses. Ils s’en servent pour humilier, pour rapetisser leurs principaux personnages. Rien de plus salutaire dans un roman que cette leçon d’humilité donnée aux héros. Rappelle-toi, dans « Guerre et Paix »; les petites paysannes qui traversent la route en riant devant la voiture du prince André vont le voir d’abord leur parlant à elles, à leurs oreilles, et la vision du lecteur du même coup s’élève, ce n’est plus qu’un seul visage, qu’une seule âme. Il découvre la multiplicité des moules. Attends, je vais te lire ce passage, il est remarquable. Allume, lui dit-il , car la nuit est venue. Irène Némirovsky « Suite française « , Pochothèque, p.1483

🇮🇹 Un romanzo deve somigliare ad un viale pieno di sconosciuti, in cui passano solo due o tre creature che conosciamo a fondo, non di più. Prendi certi scrittori, come Proust: hanno saputo utilizzare le comparse. Se ne servono per umiliare, per sminuire i personaggi principali. Niente di più salutare in un romanzo, di questa lezioni di umiltà inflitta ai protagonisti. Pensa, in « Guerra e pace », alle contadinelle che attraversano la strada davanti alla carrozza del principe André ridendo e la prima immagine che ne hanno è quella di lui che parla con loro, alle loro orecchie; nello stesso tempo la visione del lettore si allarga, non c’è più un singolo volto, una sola anima. Si scopre la molteplicità delle forme. Irène Némirovsky, « Suite francese »

(Photo: Vieille Bourse, Lille)

Un jour, une citation: Georges Perec

🇫🇷 Écrire: essayer méticuleusement de retenir quelque chose : arracher quelques bribes précises au vide qui se creuse, laisser, quelque part, un sillon, une trace, une marque ou quelques signes. Georges Perec « Espèces d’espaces »

🇮🇹 Scrivere: tentare meticolosamente di conservare qualcosa, di fare sopravvivere qualcosa; arraffare qualche frammento preciso al vuoto che si crea, lasciare, da qualche parte, un solco, una traccia, un marchio o qualche segno. Georges Perec « Specie di spazi »

(Photo: Bouquinerie: Louvain)

Un jour, une citation: Ernesto Sabato

🇫🇷 La lecture m’a accompagné jusqu’à ce jour, en transformant ma vie grâce à ces vérités dont seul le grand art peut nous enrichir. Ernesto Sabato « Avant la fin »

🇮🇹 La lettura mi ha accompagnato fino a oggi, trasformando la mia vita grazie a quelle verità che solo l’arte possiede… Ernesto Sabato « Prima della fine »

(Photo: Librairie Tropismes, Bruxelles)

Un jour, une citation: Dominique Bona

Pour que la magie d’un roman opère, il faut que le lecteur, en l’occurrence la lectrice, puisse se prendre pour un des personnages, s’assimiler, se fondre en lui, le temps de la lecture et même au-delà, si l’illusion romanesque remplit sa mission. Dominique Bona « Mes vies secrètes », Gallimard, p.23

(Photo: Bouquinerie, Trieste)

Un jour, une citation: Katarina Bivald

🇫🇷 Elle avait pris l’habitude de laisser la porte entrouverte afin que l’air humide de l’ automne se mêle au parfum des livres. Elle avait toujours pensé que l’air automnal et les livres allaient bien ensemble, que les uns comme les autres se mariaient bien avec des plaids, des fauteuils confortables et de grandes tasses de café et de thé. Katarina Bivald « La Bibliothèque des cœurs cabossés »

🇮🇹 Aveva preso l’abitudine di lasciare socchiusa la porta in modo che l’odore dell’umida aria autunnale si mescolasse al profumo dei libri. Aveva sempre pensato che quelle due fragranze si sposassero bene, che i libri e l’aria autunnale avessero in comune le coperte, le poltrone comode e grandi tazze di caffè o tè. Katarina Bivald « La lettrice che partì inseguendo un lieto fine »

(Photo: Bouquinerie, Saint-Sauveur-en-Puisaye)