FLORENCE HERRLEMANN « L’APPARTEMENT DU DESSOUS »

Quatrième de couverture

Dans le petit immeuble parisien du Marais où elle vit depuis des lustres, Hectorine voit d’un jour à l’autre l’appartement du dessous investi par une nouvelle voisine, Sarah. Pour lui souhaiter la bienvenue, la vieille dame dépose une lettre sur le pas de sa porte. Cette missive sera suivie de beaucoup d’autres, retraçant une traversée du XXe siècle incroyable, entre le Cabourg de La Recherche, le Berlin du IIIe Reich et le Paris d’après-guerre.

Mais pourquoi toutes ces lettres? « Un jour, vous saurez », promet la centenaire à Sarah qui se prend au jeu, intriguée par cette voisine invisible dont les confidences laissent percer l’aiguillon d’un douloureux secret…

Dans ce roman totalement insolite qui redonne vie et fraîcheur au genre épistolaire, Florence Herrlemann insuffle un véritable hymne à la vie, à la parole qui délivre et à la transmission entre générations. Ce voyage fascinant au cœur de l’Histoire nous rappelle aussi que l’amitié est le plus tendre des pactes.

Mon avis

Sarah s’installe dans un appartement du Marais ayant appartenu à son arrière grand-mère. Elle travaille dans le monde de l’édition. Sa voisine, Hectorine, une très vieille dame, lui dépose une lettre devant sa porte. Débute ainsi une « répondance ». Si au premier abord, Sarah est désappointée par cette intrusion dans sa vie, elle prend cependant, peu à peu goût à cette correspondance énigmatique. Au fil des lettres, la vieille dame dévoile pas à pas son histoire. Quel est son secret?

Un roman épistolaire, comme je les aime, intelligent et intrigant. Tout au long de ces lettres, on se pose des questions. Pourquoi ces lettres? Quel lien existe-t-il entre ces deux femmes? Où tout cela mènera-t-il?

Un roman qui se déguste comme une petite madeleine aux saveurs d’antan!

Extraits

▪️La littérature a toujours fait partie de ma vie. Elle m’a permis de croire encore en l’humanité, lorsque ce mot n’était devenu pour moi qu’une idée dénuée de sens, une coque vide. Elle m’a indiqué le chemin, m’a aidée à distinguer ce qui a du prix de ce qui n’en a pas. Elle m’a donné la force de continuer à garder la tête haute, à sourire, à ressentir, à rêver. Elle m’a appris à supporter la douleur, le froid, à contenir ma colère, à adoucir mes peines, à grandir, a aimer et aimer encore. Elle m’a sauvé la vie.

▪️J’ai découvert combien nos émotions nous rappellent que nous sommes vivant.

▪️Bien sûr, la raison pour laquelle on aime un livre reste subjective. C’est une histoire de sensibilité, on est touchées pas.

▪️Je préfère être celle que vous imaginez à travers mes écrits. Je suis intimement persuadée que l’image que vous vous faites de ma personne est infiniment plus séduisante que ce que je suis devenue.

▪️« Où en êtes-vous de vos lectures des grands classiques? Quels sont vos livres de chevet? Ce sont des questions auxquelles ne peuvent couper ceux qui m’intéressent. Dis-moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es. Je suis persuadée de cela.

▪️L’amour, on y pense vraiment que quand il est absent. Quand il manque. C’est comme l’air qu’on respire. Il suffit que nous soyons à bout de souffle , haletants, pour le chercher à tout prix, pour désirer remplir nos poumons d’une longue goulée d’air. De même pour l’amour, c’est quand il manque qu’on se met à le chercher partout. Encore faut-il ouvrir grands les yeux. On le trouve dans la main bienfaitrice qui se tend pour nous remettre debout . Dans la bouche d’un inconnu dont les mots réconfortants explosent en un feu d’artifice.

▪️L’amour a aussi cette formidable faculté de nous rendre merveilleusement, extraordinairement ridicule.

Note: 5/5 💙💙

Albin Michel, 2019, 254 p.

VALENTINA CEBENI  « LA RECETTE SECRÈTE DES RÊVES »

Quatrième de couverture

Un collier sur lequel est gravé le nom d’une île inconnue et l’enivrante odeur de gâteaux aux épices que laissait sa mère, Edda, dans son sillage… C’est tout ce dont dispose Elettra pour partir à la recherche de son passé et sauver son avenir. Car Edda est dans le coma et la petite pâtisserie familiale, au bord de la faillite.

Alors, Elettra fait le voyage jusqu’à l’île du Titan, le bout de terre perdu au coeur de la Méditerranée qui a vu naître sa mère. C’est sur cette petite île, dont le vent traîne dans son sillage des légendes ancestrales et les saveurs de son enfance, entourée d’une communauté de femmes mystérieuses et passionnantes vivant à l’abri des regards, qu’Elettra va découvrir l’histoire de sa mère, mais aussi une part d’elle-même.

Un roman inoubliable sur le pouvoir de la nourriture et la force du passé, capable de vous transporter sur une île fascinante et secrète où tout peut arriver, aux côtés d’une femme à la recherche de ses racines.

« LE ROMAN QUI A CAPTÉ L’ATTENTION DE L’ÉDITION INTERNATIONALE ! » Publishers Weekly

L’auteur

Née en Italie, Valentina Cebeni est une lectrice passionnée. Depuis l’adolescence, elle cultive son amour pour l’écriture avec la discipline d’un moine tibétain, déterminée à enquêter sur les replis de l’âme humaine à travers les voix de ses personnages.

La Recette secrète des rêves, son deuxième roman, a déjà connu un grand succès international.

Mon avis

Sa mère l’a contrainte à avoir une vie dont elle ne voulait pas. Elle, Elettra, qui rêvait d’aller à New-York, et de décrocher un master en journalisme, se retrouve sans travail, car sa boulangerie « La boutique des merveilles » périclite. Désormais Edda, sa mère, est dans le coma et les secrets de son passé engloutis à jamais. Elle en veut à cette mère dont elle sait si peu de choses et dont la vie est un mystère.

Abandonnant tout, elle part sur les traces d’une inscription gravée sur une médaille et sur les traces de sa mère. Son voyage la conduit sur l’île du Titan, proche des côtes sardes. Là, elle séjourne dans un couvent, habité par des femmes. Ces femmes, au passé douloureux, l’accompagneront dans son voyage à la découverte de l’histoire de sa mère et de la sienne par la même occasion.

Petit à petit elle se réconciliera avec son passé et s’ouvrira à l’amour…

Un livre qui évoque les liens de sang, les secrets de famille, l’amitié, la force et le courage des femmes, ainsi que les préjugés et les traditions.

Des recettes de pâtisseries liées à l’histoire jalonnent le livre et un parfum d’anis accompagne la lecture….

Un bémol: j’ai parfois trouvé que les réactions du personnage principal sonnaient faux et que ses émotions et ses réactions détonnaient, c’est pourquoi je ne suis jamais vraiment entrée dans le livre.

Extraits

▪️Les mauvaises journées sont une science exacte… Dès qu’il y en a une qui arrive, l’air devient lourd et la lumière trop forte.

▪️C’est comme si je ne savais plus rien, comme su ma vie était un album dont une page sur deux serait blanche. Je ne peux sauf sauver que les années dont je me souviens, le reste a sombré dans l’oubli.

▪️Alors sache que ce qu’on cherche, n’est pas toujours ce qu’on aimerait savoir.

▪️Parfois, l’oubli est un geste d’amour.

Note: 3/5

Éditions Charleston, 2019, 416 p.

LIVIA MEINZOLT « LE BRUIT DES PAGES »

Quatrième de couverture

2016, Paris

Éva hérite d’une librairie dans le quartier de la Butte aux Cailles. Les exigences du vieux propriétaire avec lequel elle s’était liée d’amitié ? Que la librairie ne soit jamais vendue et qu’Éva y conserve un tableau représentant une jeune femme, penchée sur un carnet, aux pieds d’un acacia majestueux. Bientôt, elle se prend à imaginer la vie de la femme du tableau, Apollinariya Ivanovna Lubiova, une jeune aristocrate russe, vibrante de rêves et d’idéaux au coeur de l’été 1916.

Mais tandis que les mois passent, fiction et réalité semblent se confondre… Et si la librairie renfermait des mystères insoupçonnés ? Le voyage d’Éva à Saint-Pétersbourg pourrait-il l’aider à comprendre le lien étrange qui l’unit à Apollinariya ?

« COUP DE COEUR! LA QUALITÉ LITTÉRAIRE DE CE ROMAN EST ABSOLUMENT REMARQUABLE. LE CHARME A COMPLÈTEMENT AGI SUR MOI. » Clarisse Sabard, auteure du best-seller « Les Lettres de Rose »

L’auteur

Livia Meinzolt a 27 ans. Très jeune, elle a su qu’elle voulait écrire, mais elle a consacré les premières années de sa vie d’adulte à explorer sa seconde passion : les voyages. Ces cinq années passées sur les routes du monde, et notamment en Russie où elle est tombée amoureuse de Saint-Pétersbourg, ont nourri son imagination. Le Bruit des pages, son premier roman, a séduit le jury du Prix du Livre Romantique. Elle est originaire du sud des Cévennes. 

Mon avis

Eva hérite de la librairie d’Ernest. Trois conditions sont liées à ce don: qu’elle ne soit jamais vendue, qu’un tableau (représentant une jeune fille écrivant sous un acacia) demeure dans la librairie et qu’un livre de Nikolaï Tchernichevsky soit exposé dans la vitrine. La librairie à l’origine appartenait à un russe qui s’est suicidé.

Eva, depuis toujours, désire écrire, elle entreprend l’écriture d’un journal intime apocryphe, dans un carnet de style ancien, relié de cuir et incrusté de fines dorures. Le journal intime d’une jeune fille russe du début du 20ème siècle. La jeune fille du tableau exposé dans la librairie. Une jeune fille qui aspire à vivre le tremblement incertain du bonheur. La révolution est aux portes, un amour immense bouscule sa vie.

L’histoire d’Eva et d’Apollinariya: deux histoires intimement liées, deux triangles amoureux, un passé frémissant … un présent surnaturel … s’aimer dans l’éternité… « lovés entre le bruit des pages »

Dans un de ses livres Tatiana de Rosnay écrit : «Parfois, la lecture d’un livre m’entraîne vers un autre? »(« Rose »). Et c’est exactement ce qui se passe avec ce livre, baigné de littérature. Il donne envie de lire ou relire les romans russes. Il donne envie de lire de la poésie. Et un livre qui entraîne d’autres lectures, c’est tout ce que j’aime de la littérature. Une histoire entraînante, douce, poétique et littéraire. Une écriture efficace et juste. Un coup de cœur, un livre que l’on savoure tant pour l’histoire que pour l’amour de la littérature.

Extraits

▪️ Être entourée de livres… c’est la vision que je me suis toujours faite du paradis!

▪️ma voix s’est échappée sur la page. Elle a enroulé les mots mystérieux, nés à l’ombre de l’été… J’ai tant hâte d’aimer! De vivre le tremblement incertain du bonheur.

▪️ce livre n’était pas de ceux que l’on dévore, mais de ceux que l’on savoure plusieurs fois.

▪️Un sourire qui renverse toutes les certitudes, et chaque incertitude.

▪️Mais accepter la réalité signifiait accepter la vie. Pas le rêve, pas le « et si » et le « peut-être »

Note: 5/5 💙💙

Prix: Prix du livre romantique 2019

Éditions Charleston,2019, 400p.