Cesare Pavese « La plage »

Quatrième de couverture

« Clelia avait une façon extatique de jouir du soleil, étendue sur les rochers, de se fondre avec ceux-ci et de s’aplatir contre le ciel, répondant à peine d’un chuchotement, d’un soupir ou d’un geste brusque du genou ou du coude aux brèves paroles de la personnes qui était à côté d’elle. Je m’aperçus bientôt que, lorsqu’elle était étendue ainsi, Clélia n’écoutait vraiment rien. Doro, qui le savait, ne lui parlait jamais. »

Mon avis

L’Italie, un été, la plage, le sable, la mer. Un couple invite  un ami du mari à séjourner avec eux à la mer. Des conversations, de petites intrigues, rien que de très banal, mais l’ami n’est-il pas un peu amoureux de la femme?

Publié en 1942, ce roman fut un peu maltraité par Pavese lui-même qui en dit: « La Plage, en revanche, mon petit roman ni brutal, ni prolétaire, ni américain- sud par chance bien peu ont lu- n’est pas un éclat du monolithe. Il représente une distraction, humaine ma foi, et en somme, s’il en valait la peine, je m’en repentirais. C’est ce qu’on appelle une pure recherche de style. »

Quelques incohérences dans la traduction: dont  » deux noires bouteilles sous le bras »??? Et la traduction de « si ha troppa confidenza » par « on a trop confiance ». Dommage pour une collection dédiée a l’apprentissage de la langue.

Citations

– Un parfum de plantes aromatiques et fleuries se mêlait à la brise du large, et qu’enfin on se penchait, on entrevoyait en bas, rapetissées, les rangées de lumières de la côte.

– Pour supporter les souvenirs d’enfance d’un autre, il faut être amoureux.

– l’ennui d’un roman,… la faute en était à celui qui lit. (?!?)

– Rien n’est plus inhabitable sûun lieu où l’on a été heureux.

Note: 4/5

Titre original: « La spiaggia »

Folio, 2001, 239p.

Un jour, une citation: Elena Ferrante

L’écriture ne doit jamais perdre de vue son but ultime qui est de capturer la vérité […]. Si, le ton sonne faux dans quelques passages — trop étudié, trop simple, trop écrit, trop contrôlé — je m’arrête et j’essaye de trouver où cela a commencé. Si je n’y arrive pas, je jette tout. Elena Ferrante dans une interview par e-mail ( cité dans un article web du nouvel obs de Nolwenn Le Blevennec et Audrey Cerdan intitulé « 3 jours à Naples sur les traces de Elena Ferrante »)