Sandrine Roudeix « Ce qu’il faut pour voler »

Quatrième de couverture

« Au retour on avait atterri à l’aéroport à minuit passé, une heure de retard et les bagages qui se faisaient attendre, et devant le tapis vide qui ne charriait que notre fatigue, tu m’avais annoncé que tu ne rentrerais pas et que tu irais dormir chez Victor. À cette heure? Incliné vers moi avec ta dizaine de centimètres en plus qui ne cessaient de nous éloigner, tu m’avais expliqué que tu allais bientôt avoir dix-huit ans et que tu n’avais plus de comptes à me rendre. Tu irais dormir chez Victor que ça me plaise ou non. »

Que devient une mère quand son tout petit s’en va? En s’appuyant sur des photos de famille qu’on ne voit pas, Sandrine Roudeix traverse vingt ans de fusion et de défusion maternelles, démêlant les fils qui tressent la séparation inévitable d’une mère célibataire et de son garçon. Dans un roman où affleurent à chaque page l’amour et la tendresse, où la grâce naît de la vérité et de la mise à nu toujours sincère et parfois crue des situations, elle interroge la manière dont une jeune fille devient femme en devenant mère et dresse le portrait lumineux d’une double émancipation.

L’auteur

Sandrine Roudeix est romancière, scénariste et photographe. Elle est notamment l’auteure des romans Attendre (Flammarion, J’ai lu) et Les Petites Mères (Flammarion), salués par la critique. Elle a également publié Diane dans le miroir, un texte consacré à la photographe américaine Diane Arbus (Mercure de France).

Mon avis

Ce livre, c’est l’amour d’une mère pour son fils. Ce fils qui vient de quitter le nid…

Comme un album de famille que l’on parcourt, au travers de photos invisibles, se raconte leur vie … chapitre après chapitre…

Une relation mère-fils. Mais aussi le portrait d’une femme authentique, vraie. Une maman, oui, mais aussi une femme qui trace son chemin… Une femme avec ses questionnements, ses doutes… Une femme qui grandit, qui s’affirme qui apprend à faire confiance et à se faire confiance. Deux vies qui s’envolent…

Les petites séparations qui mènent à l’inévitable séparation…

Un roman sensible et intime, mais qui nous parle à toutes et à tous… Un coup de cœur! 💙

Extraits

▪️L’attachement naît avant les mots, dans la chaleur et la musique et les regards qu’on échange. Il faut du temps pour nommer les choses et les gens.

▪️Qu’elle manière d’aimer, de t’exprimer, de réfléchir, de t’énerver, de jouer, d’écrire t’ai-je léguée, alourdie par le souffle invisible de tes aïeules?

▪️Te voir grandir, c’est aussi continuer à m’affirmer. Évoluer dans tes pas comme tu progresses dans les miens. Trouver en moi la souplesse et la force et la patience de te faire confiance mais aussi de me f as ire confiance.

▪️Comme si le passé n’avait d’importance que lorsqu’on le lègue.

Éditions Le Passage, 2021, 224 p.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s